Sophrologie et Bégaiement

La Sophrologie, une approche de choix dans le traitement du bégaiement

Le bégaiement se définit comme une perturbation de la fluidité, du rythme de la parole, sans anomalie des organes phonateurs, impliquant le corps (coordinations respiratoires, vasomoteurs, syncinésies, etc.) ; elle est toujours liée à la présence d’un interlocuteur. Le bégaiement peut se caractériser par des pauses ou blocages respiratoires, répétitions de phonèmes, de syllabes et/ou de mots, des prolongations de phonèmes…

Le bégaiement fait généralement l’objet d’une évaluation et d’une prise en charge en orthophonie, avec parfois un accompagnement psychologique et/ou pluridisciplinaire.

Begaiement

La sophrologie, par ses techniques spécifiques et son approche globale de l’individu, peut s’avérer un complément avantageux. De manière générale, les techniques de relaxation sont considérées comme des adjuvants de choix dans la prise en charge du bégaiement. La sophrologie constitue une approche plus spécifique encore dans le traitement du bégaiement dans la mesure où elle prend en compte simultanément la composante corporelle et émotionnelle. Elle peut avoir aussi un impact positif sur les corollaires du bégaiement : perte de confiance en soi, évitement des prises de parole spontanées, altération des habiletés de communication, retrait social…

Grâce à la sophrologie, la personne bègue découvre l’amplitude, la qualité et la présence de sa respiration avec laquelle elle apprend à coordonner sa parole pour acquérir plus de fluidité.

Le but final étant l’autonomisation du sujet, plus apte à anticiper les réactions physiologiques et émotionnelles qui peuvent survenir ; il s’entraine à maitriser les tensions corporelles, la coordination entre respiration et prise de parole, la gestion du stress et des émotions lors de situations spécifiques.

Retrouvez l’article complet de Nicolas Chaze, Orthophoniste et Sophrologue, dans Sophrologie Pratiques et Perspectives, N°8, juillet-Août-septembre 2015.

Laissez un commentaire